Commander

Les Éditions de Observatoire de l'espace

Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)Revues Espace(s)

La revue Espace(s) représente une démarche engagée sous la forme de « cahier de laboratoire », pour rapprocher univers littéraire et scientifique. Une volonté clairement affichée d’élaborer des expériences culturelles et d’en consigner les résultats. Chaque ouvrage est construit autour des dix mots de la Semaine de la langue française auxquels l’Observatoire de l’Espace apporte de nouvelles définitions. Celles-ci font ressortir la part spatiale de ces termes et introduisent un argument narratif propre à susciter l’écriture d’un récit scientifique. Afin de nourrir l’écriture de ces récits, pour chaque définition est associée une iconographie illustrative liée à l’espace. Un dispositif d’écriture est également élaboré afin de retrouver sous une forme contemporaine le récit scientifique et les interrogations qu’il témoigne. Au fil des numéros, les ouvrages s’agrémentent de nouvelles rubriques élargissant le propos à d’autres horizons artistiques. A la fréquence d’un numéro par an, chaque revue a son propre thème et de nouveaux écrivains contemporains francophones l’enrichissent chaque année de leurs nouvelles.

« Le pouvoir d’attraction et de fascination du milieu spatial demeure immense, mais souvent ne relève que de sa puissance symbolique. Pour se départir de cet aspect unique, trop restreint vis-à-vis de sa richesse potentielle, nous imaginons et mettons en œuvre depuis plusieurs années des dispositifs de création ou d’analyse afin d’articuler l’espace, et le patrimoine culturel qu’il engendre en permanence, avec d’autres disciplines, d’autres champs culturels. A terme, notre objectif est de bâtir une méthodologie destinée à faire percevoir que nous sommes autant habitants de l’espace qu’habités par lui, et donc in fine d’abolir cette partition fictive. »

Gérard Azoulay